Qui est votre Big Boss et comment lui dire Bye ?

Qui est votre Big Boss ? 

Je vais probablement vous surprendre en vous disant que ce n’est pas celui auquel vous avez pensé en premier : le patron pour qui vous travaillez, le Boss de l’entreprise. Lui n’est que l’un de vos « boss », il est l’aboutissement du système qui vous a fait accepter qu’en toutes circonstances vous aurez « besoin » d’un Boss au dessus de vous.

Et vous le savez, c’est effectivement ce qui arrive.

On fait avec, on supporte, on pense ne pas avoir le choix, mais

 

Nous avons tous une multitude de Big Boss

 

vos Big Boss

 

Cela a commencé tout petit, avec l’apprentissage de comportements imposés par les éducateurs.

Nos parents en font partie, et je sais que beaucoup sont réticent à la critique de leurs parents. Tout comme vous n’êtes pas (ou ne serez) pas parfaits avec vos enfants, vos parents ne pouvaient pas l’être non plus. Il y a une raison bien simple à cela, vous n’êtes pas des clones de vos parents. Vous êtes différents, même si vous êtes de la même famille.

Ensuite, il y a les éducateurs : nounou, garderie, crèche et le gros morceau, l’école. L’endroit où nous serions censés nous réaliser en fonction de nos capacités. Il en est tout autrement. L’école nous prépare à être : obéissants, disciplinés et bien sûr adaptés au « marché du travail »… Une bonne « marchandise » sur ce « marché » (le mot n’est pas anodin et ce n’est pas moi qui l’ai inventé) !

Cela nous donne des récompenses, des droits ; argent (salaires, retraites), loisirs et vacances et divers autres avantages qui constituent le Graal tant attendu d’un certain standing.

 

Bien sur, je ne critique pas le Graal, ni la jouissance de la vie, ni le progrès d’ailleurs. Ce qui est difficile à comprendre, c’est comment la société actuelle nous « permet » d’obtenir ce qui est notre droit. Non, ce n’est pas naturel… Il faut avant tout, se conformer à tous nos « Big Boss »…

La grande question est : n’y aurait-il pas moyen de faire autrement ? Est-ce que nous pourrions imaginer une société qui ne casse pas l’individualité ? Une société construite autour des talents de chacun…

 

Retrouver sa souveraineté

 

retrouver sa souveraineté

 

Vous interroger sur ces fameux « Big Boss », c’est mettre un pied dans… la liberté. Cela peut faire peur à certains, alors que d’autres pousseront un grand soupir de soulagement et diront « enfin » !

Souveraineté ne veut pas dire égoïsme ou repli sur soi. C’est dans le sens de prendre la responsabilité de sa propre vie.

Cette souveraineté individuelle retrouvée, permet de construire une communauté plus respectueuse de chacun de ses membres.

 

Il est important de se libérer du poids des « il faut » et « je suis suis obligé de… »

Il suffit de revenir à la situation actuelle, la crise de la pseudo pandémie du Corona virus. Cette situation nous permet de réaliser à quel point nous avons délégué notre souveraineté individuelle à un organisme nommé l’État. Ce pouvoir cédé petit à petit, nous a amené au bord d’une nouvelle dictature fasciste.

Actuellement, les réactions sont différentes selon les pays. Mais une étude géopolitique n’est pas le sujet de cet article. Par contre, il faut noter que l’on observe une mondialisation de tous les systèmes politiques (la norme à atteindre est la société à l’occidental) et dans tous les domaines, santé, éducation, justice, etc.

On assiste donc, au niveau mondial, à la même « nécessité » d’abandonner sa propre souveraineté au profit de norme qui n’ont plus rien à voir avec les spécificités nationales, et encore moins avec la souveraineté individuelle.

 

Individualité et souveraineté de la communauté

 

Individualité et souveraineté

 

Ce que je m’apprête à vous dire va peut-être en choquer plus d’un (ou une).

Retrouver sa propre souveraineté, c’est repartir sur des bases saines pour créer des communautés cohérentes:

  • Je sais QUI je suis : reconnaissance de mon unicité
  • Et donc, si je respecte qui je suis il est facile de respecter les autres individus
  • En respectant chaque individu, il devient possible de construire une communauté respectueuse de ses membres
  • La communauté souveraine ainsi crée fait preuve de transparence et de flexibilité
  • Les communautés souveraines respectent les autres communautés souveraines

 

Actuellement, je constate comme bien d’autres personnes :

  • Qu’il est impossible de créer des communautés saines sur la base de la compétition
  • Et que vivre sur cette planète sans échanges entre les communautés, d’où la nécessaire transparence qui garanti des intentions orientées vers le bien commun
  • Nous ne pourrons pas nous épanouir sur cette planète sans respect mutuel à tous les niveaux (individuel, communautés, etc)

 

Et un questionnement :

Est-ce que les immenses pays sont nécessaires si nous vivons dans des communautés qui se complètent et qui échangent en dehors d’un « système compétitif ?

 

Pour aller plus loin, la discussion est ouverte, n’hésitez pas à commenter et à partager.

Vous pouvez faire un don à ByeBigBoss en cliquant sur le bouton. Merci d’avance.

Faire un don

Qui est votre Big Boss et comment lui dire Bye ?

4 commentaires sur “Qui est votre Big Boss et comment lui dire Bye ?

  1. Merci, remarque pour compléter une phrase dont je ne comprends pas le sens, vouliez vous dire : Actuellement, je constate comme bien d’autres personnes :
    qu’il est impossible de créer des communautés saines sur la base de la compétition,
    qu’il est impossible de vivre sur cette planète sans échanges entre les communautés, d’où la nécessaire transparence qui garantit des intentions orientées vers le bien commun,
    que nous ne pourrons pas nous épanouir sur cette planète…?

    1. Je comprends que l’absence de compétition soit déroutante, notre monde a été construit sur ce modèle, à tous les niveaux : Individuel, collectif, entre nation, etc. La compétition doit être remplacé par la complémentarité et la coopération, selon un objectif commun. Ceci est valable pour les individus et les communautés, quelques soient le niveau de cette communauté : local, planétaire, etc.
      Cela fait référence à la nécessité de faire un nettoyage complet des anciens dogmes et des vieilles habitudes. Un nettoyage volontaire de nos anciennes croyances .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut